Entrelacs

Y’a pas à tortiller

Entrelacs 10

Se pelotonner

Pendant les soirées maussades de l’hiver, l’atelier de peinture a tendance à laisser passer les courants d’air. Dans ces cas-là, il m’est facile de rapprocher le radiateur de mon bureau, d’attrapper un feutre bien noir, et du … papier photo!

Je ne m’en sers quasiment que pour ça . La surface de ce papier un peu collant fixe instantanément l’encre noire, et c’est ce que je cherche.

L’éloge de ma paresse

Je ne vais pas mentir. C’est dans les grands moments de fénéantise que je me laisse aller à dessiner ainsi sans but précis, en me fichant radicalement du résultat, et en ayant le sentiment agréable de ne rien faire du tout. C’est trop bon.

Entrelacs 09

Devant un film ou une série , je dois avouer que je m’ennuie vite, les yeux fixés sur l’écran. A moins que les images soient belles , je peux alors ne pas voir le temps passer, comme tout le monde, mais ce n’est pas si souvent que je me laisse faire ainsi.

Une fois les premiers épisodes d’une série visionnés, la plupart du temps, je ne m’intéresse plus qu’à l’histoire, je me laisse guider par les voix des acteurs et je retourne à mon envie de dessiner.  Et là, je gribouille, je laisse ma main improviser sur le papier.

Je ne m’applique pas particulièrement, puisque je ne fais rien. Je veux juste me laisser aller, sans avoir à fixer l’écran de mon ordi.

Rappel d’un souvenir d’enfance

Cela me fait penser finalement à ma mère qui tricotait devant le film du soir lorsque j’étais enfant. Je l’observais tirer sur sa laine avec nonchalance, jetant de brefs coups d’oeil en direction du poste de télé  en noir et blanc, lorsque Lawrence d’Arabie ou Docteur Jivago faisaient leur apparition, pour finalement retourner à son ouvrage en comptant discrètement les mailles du bout des lèvres,  en silence.

Entrelacs 04

Je pourrais être adepte du roman radiophonique. Je crois que ça me plairait bien, retourner au temps de La Famille Duraton (1937-1962) , Les Maîtres du mystère(1952 -1974 sur France Inter), ou Signé Furax (1956-1960 sur Europe n°1).

Ni joli, ni moche

Mais ces dessins ont sans doute un intérêt quelconque, du moins celui de me souvenir de ces moments, alors, il faut bien le dire, que j’ai presque tout oublié des nombreux épisodes avalés à la suite les uns des autres.

Mais c’était chouette quand-même, de buller devant Netflix, car au bout du compte, il me reste dans mes cartons  une petite série de dessins un peu grotesques, qui me rappellent le bonheur du lâcher- prise, et qui me conforte dans l’idée que oui, j’aime vraiment dessiner.

Entrelacs 08

Le zentangle

Je l’ignorais, mais j’ai fini par découvrir d’autres adeptes de ce genre de dessins, cependant beaucoup plus  sérieux que moi, qui s’apparenterait à une forme de discipline thérapeutique impliquant des gestes précis et beaucoup de concentration. Je n’en suis pas étonnée, et j’avoue avoir vu de véritables chefs d’oeuvres sur le net, des formes, des volumes époustouflants qui témoignent d’un réel talent et de beaucoup de passion. Il semblerait également que la gente féminine s’adonnerait plus facilement à cette activité, mais je n’en suis pas certaine. Et je risque de regretter d’avoir laissé échapper ce préjugé qui ne demande qu’à être contredit.

 

Entrelacs 01Entrelacs 05Entrelacs 02Entrelacs 07Entrelacs 06

Entrelacs 11Entrelacs 03

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire si vous souhaitez intervenir sur ce sujet, et me faire découvrir vos travaux, ainsi que votre blog. Je serais heureuse de vous répondre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s